Les Murailles de Feu

Les Murailles de Feu

Steven Pressfield

 

Résumé

« Parle moi de Sparte. De sa double royauté. Des trois cent chevaliers qui la protègent. De l’agogê qui entraîne la jeunesse du pays. Des réunions de guerriers, les syssities. »

La fameuse et populaire bataille des Thermopyles a eu lieu … Seul un homme combattant aux côtés des spartiates a survécu : Xeon … Fait prisonnier, il est amené auprès du roi Xerxès et de son historien pour lui raconter qui étaient ces incroyables combattants … Et ce roi qui ne défaillit pas devant les milliers de perses qui avançaient sur lui et ses hommes.

Mais Xéon, ne va pas se contenter de lui expliquer comment se battaient les spartiates, il va lui raconter son histoire, et comment de jeune garçon fuyant une cité ravagée, il est devenu « esclave » à Sparte, et binôme dans l’entraînement d’un futur guerrier lacédémonien.

S’ensuit un récit bouleversant narrant toute la violence et la difficulté qu’il y avait à vivre dans ce monde, mais oh combien l’honneur était grand.

Mon avis

« Les Spartiates disent que n’importe quelle armée peut vaincre tant qu’elle a des jambes, mais que la véritable épreuve commence quand la force a déserté son camp et que la victoire dépend de la seule volonté. »

Un roman historique magnifique que j’ai dévoré littéralement, que j’ai aimé lire et dans lequel je me suis laissée littéralement embarquer sur les côtes de la Grèce antique durant les guerres médiques.

Au départ, je ne vais pas vous le cacher je m’attendais plus ou moins à y trouver la source d’inspiration qu’a eu le réalisateur du film « 300 », et effectivement, je pense que le livre a du lui passer entre les mains, car j’y ai retrouvé pas mal de références assez semblables … Quoique cette histoire reste un fait historique, ne l’oublions pas !

La grande différence se trouvant dans le fait, que même si le roman retrace une des très grandes batailles qu’a eu a effectuer la Grèce contre l’envahisseur Perse, elle n’oublie pas de dire que les Spartiates n’étaient pas les seuls à combattre ce jour fatidique. Nombreux étaient les guerriers ou paysans grecs qui ont tenu auprès des plus grand combattants. Mais surtout, ce que j’ai retenu de cette histoire, c’est qu’elle accentue toute sa puissance dans un seul mot : Résistance.

La résistance …. Un terme qui nourrit le récit de bout en bout. La résistance d’un pays qui était les trois quart du temps en guerre. La résistance d’un peuple face à la cruauté vivace qui parcourait les chemins. La résistance face à la mort elle même. La résistance physique des hommes s’entraînant parfois jusqu’à la mort pour pouvoir, s’ils survivaient, l’affronter encore en combat. La résistance des femmes qui devaient supporter la douleur de voir mourir leurs enfants dans les saccages de villages, ou qui regardaient partir leurs fils et époux dans une guerre dont ils ne reviendraient sûrement pas.

Ce roman, nous enseigne qui étaient les spartiates, et comment ils vivaient l’idée de se préparer dès le plus jeune âge à mourir. Nous les suivons alors, à travers les yeux du jeune Xeon, de leur enfance durant laquelle ils subissent des épreuves terrifiantes, violentes et cruelles, jusqu’à l’âge adulte.

Ce roman nous explique comment la société spartiate fonctionnait. Que sachant que c’était une société de guerriers, probablement voués à mourir de façon précoce, elle avait un système permettant de toujours laisser des fils qui prendraient le relai … Un système de pères et de pairs. Les hommes partant à la guerre devaient avoir un fils pour que la lignée ne s’éteigne pas (père). Et quand ils partaient à la guerre il y allaient toujours avec leur pair, compagnon sur lequel il devaient veiller et vice et versa durant les combats. Bref, une société de fiers combattants, mais également fraternelle et paternelle. Car ce qui compte c’est de protéger celui qui est à vos côtés et de préserver sa lignée.

« On n’enverrait pas de corps d’armée aux Thermopyles ; c’était là une histoire pour affermir la confiance des alliés et stimuler leur courage. Seuls les Trois Cents partiraient, avec l’ordre de résister et de mourir ».

En lisant ce roman, j’ai compris profondément combien le sacrifice de ces hommes a été important pour la Grèce durant cette guerre interminable. Car les spartiates sont effectivement partis à 300 contre des milliers et des milliers de perses. Leur but n’étaient pas de les vaincre, mais de leur montrer à quel point les guerriers de Grèce étaient résistants et forts. Mais surtout de montrer à la Grèce que si ces hommes étaient capables de résister, le pays lui pouvaient vaincre à défaut de s’agenouiller devant l’envahisseur.

Redonner confiance dans un peuple qui ployait devant l’invasion perse …

Durant le récit, nous assistons également à beaucoup d’échanges et de discussions entre spartiates, ce qui leur donne enfin l’apparence d’êtres humains. Ils avaient peur. Oui, ils pouvaient endurer les plus atroces souffrances et malgré tout rester debout et se battre encore et toujours, mais leurs cœurs n’en étaient pas moins ceux d’hommes allant affronter une mort certaine, et la nature humaine a instinctivement peur de mourir.

« Te rappelles-tu cette nuit, Xéon, où nous discutions avec Ariston et Alexandros de la peur et de son opposé ? (…) J’ai la réponse à ma question […] L’opposé de la peur, dit Dienekès, est l’amour. »

L’amour de sa famille, l’amour pour ses frères d’armes. la capacité que l’homme a à se sacrifier pour ce qu’il aime combat toutes les peurs.

En gros, un roman merveilleux, troublant et puissant. Une perle que je me ferai un plaisir de relire. Une mine d’informations sur un évènement historique marquant de la Grèce antique.

Un roman que je conseille vivement à tous ceux qui sont amoureux d’antiquité grecque.

Le livre

 Les Murailles de Feu

Steven Pressfield

Editions L’Archipel

Traduit de l’américain par Gerald Messadié

Titre original : « Gates of Fire »

428 pages

8.65€

Challenges concernés

challenge l'odyssee grecque5/10

bannièreABC2014-demi-challenge2/13

2 thoughts on “Les Murailles de Feu

  1. Très beau billet, comme d’habitude… et comme d’habitude qui fait grossir ma wish-list… 😉
    Cet épisode des Thermopyles est rarement abordé dans la littérature, et les Spartiates également (les Athéniens ayant davantage la côte) mais il faut dire que les Spartiates souffrent de la mauvaise réputation que leur ont donné les jeunesses hitlériennes qui se sont inspirées de leur fonctionnement…

    Mais pour revenir à la bataille des Thermopyles, il est vrai que la résistance et le sacrifice des Spartiates furent particulièrement héroïques, permettant au reste de l’armée grecque de se regrouper et marquant les esprits pour les siècles des siècles…

    En plus, leur organisation sociale était vraiment particulière dans le monde grec, y compris la place des femmes…

    bisous ma chère Sylly, ça fait plaisir de te voir de retour !! :))
    Parthenia Articles récents…Ma soeur la lune de Sue Harrison -- La Trilogie des Sculpteurs d’Ivoire, tome 2My Profile

    • Sylly

      Coucou 🙂
      Je suis ravie de t’avoir tenter avec ce livre splendide !
      C’est vrai que c’est la première fois que je tombe sur un roman dont le thème porte entièrement sur cette bataille ou ces guerriers et je n’ai pas été déçue comme tu as pu le lire ^^ C’est dingue que l’homme soient capable d’occulter des moments aussi important de l’histoire parce que des idiots s’en sont servis d’exemple …
      Bref, c’est vrai que cette société était vraiment spéciale dans sa façon de fonctionner. Déjà de base en faire une nation principalement de guerriers, ça en dit long sur leur façon de penser …
      Ce qui est sur c’est que cette société est vraiment intrigante et vivait dans un état de violence radical … j’aimerais beaucoup en apprendre plus sur elle !

      Sinon ça fait du bien de retrouver un peu mes livres et mon blog et toute la communauté qui va avec 😀

      Bisous !!! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

CommentLuv badge